Objectif – Tonicité musculaire

Votre objectif : La Tonicité Musculaire

La tonicité est la propriété du muscle à être dans un état permanent de tension.
De fait, le tonus musculaire d’un segment peut différer de celui d’un autre segment, notamment en fonction des activités envisagées par le sujet. Sa valeur n’est pas unique mais est congruente avec l’état d’activité ou de repos de l’ensemble de l’organisme.
Un tonus musculaire anormal est habituellement décrit en termes de flaccidité, rigidité et spasticité. Le tonus est évalué afin de développer des habiletés nécessaires à la réalisation des activités de la vie quotidienne par exemple manipuler un ustensile. On évalue également le tonus en ce qui lui permet d’apprécier la motricité, mais aussi ses variations en relation avec autrui et en lien avec les émotions. On parle alors de régulation tonico-émotionnelle.
Nous parlerons ici de tonicité musculaire au premier degré ! Ou le muscle est flasque, mou, ou il est plus tonique, plus dur.

Les myoblastes sont les cellules précurseurs des muscles. Durant la gestation puis l’enfance ou durant une guérison à la suite d’une lésion, ces cellules se divisent et fusionnent entre elles pour former des myotubes. Ce sont des cellules longues et pluri nucléaires (plusieurs noyaux). Les myotubes synthétisent ensuite les protéines contractiles (actine et myosine) et se transforment en myocytes. Les myocytes sont plus ou moins longs suivant le muscle (ils peuvent atteindre 35 cm de long) et ont un diamètre de 10 à 100 micromètres. Les noyaux sont repoussés à la périphérie de la cellule et la majorité du cytoplasme est occupé par les protéines contractiles et le réticulum sarcoplasmique. Les myocytes ne peuvent pas se diviser mais grandissent en augmentant le volume du cytoplasme. Dans un muscle adulte le nombre de myoblastes (ou cellules satellites) est limité, ils ne jouent plus qu’un rôle de réparation des myocytes lésés à la suite d’efforts d’intensité ou de durée inhabituelles. La pratique sportive, et plus précisément la musculation peut améliorer rapidement la tonicité musculaire. Attention, le programme doit être adapté, car avec la musculation au sens large, on peut entraîner le muscle de différentes manières, selon ce qu’on recherche ! Faire des séries longues avec des poids légers, ou résistances faibles, aura un rôle plutôt sur l’amélioration de l’endurance musculaire, même si la tonicité va obligatoirement progresser. Un travail avec résistance plus forte, permettra non seulement d’augmenter son potentiel en force, résistance, mais dureté musculaire également. La fréquence des entraînements, leur intensité, les phases de récupération sont également à prendre en compte dans un programme visant à améliorer la tonicité musculaire.

L’alimentation joue également un rôle majeur et les produits à utiliser sont également la Gold Whey ou l’Isolate Lxir, les BCAA + Glutamine entre autres, ainsi que la créatine CréaPure.
Le muscle a besoin de protéines et d’acides aminés pour favoriser sa reconstruction post effort. La digestion d’un repas protéiné juste après l’effort n’est pas une mauvaise idée, mais le temps de la digestion, et surtout le temps de la mise à disposition des acides aminés pour cette reconstruction sera obligatoirement plus long, qu’un cocktail protéiné déjà prédigéré et sous forme liquide, or c’est surtout dans les 30 minutes suivant la fin de l’entraînement, que le muscle a besoin d’acides aminés, et notamment de BCAA et de Glutamine. Se supplémenter avec de la créatine après l’effort permet également d’amplifier la récupération musculaire, notamment en rechargeant en ATP (Adénosine triphosphate), la première énergie musculaire.